3 conseils pour une navigation plus verte en mer

222

La préservation de l’environnement et des écosystèmes marins est l’un des plus grands défis de la société actuelle. Elle implique des éco-comportements pour assurer la pérennité des activités nautiques. Quelles sont alors les pratiques à adopter pour une navigation plus verte en mer ?

Utilisez des biocarburants pour réduire l’empreinte carbone de votre bateau

Les biocarburants sont des combustibles fabriqués à partir de la biomasse, d’un matériau organique vivant de source animale ou végétale. Ils peuvent être utilisés comme additif au carburant classique. Ils répondent aux enjeux écologiques et économiques majeurs des temps modernes. Leur émission de gaz à effet de serre est nettement inférieure à celle des variantes fossiles. Ils réduisent donc l’empreinte carbone de votre bateau.

A lire en complément : Comment rétablir le dialogue dans le couple après une dispute ?

Pour une navigation plus verte en mer, vous pouvez opter pour les combustibles bio à base d’essence. Il s’agit par exemple de l’éthanol qui est fabriqué avec de la betterave, de la canne à sucre, des céréales et de la pomme de terre. L’ETBE (éthyl tertio butyl éther) est également une bonne solution. Si vous avez besoin de biogazoles, choisissez les EMAG (esters méthyliques d’acides gras) d’origine naturelle ou les HVHTG (Huiles végétales hydro traitées gazole).

Peu importe le type de moteur de votre bateau, vous pouvez utiliser les biocarburants avec le système de conversion E85 qui est adapté aux équipements marins. Il s’agit d’une solution écologique qui offre de nombreux autres avantages. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce système, cliquez ici pour découvrir les avantages de la conversion au superéthanol.

A découvrir également : Comment obtenir l’aide de rénovation énergétique en 2022 ?

éco-navigation conversion superéthanol

Adoptez les techniques et bonnes pratiques de l’éco-navigation

Pour une navigation éco-responsable, faites le plein tôt quand le carburant est froid et moins dense. Cela permet de minimiser les vaporisations. Installez un système anti-refoulement pour limiter les pollutions accidentelles lors du ravitaillement.

En mer, ne rejetez pas les eaux noires dans les zones sensibles comme les aires marines protégées ou les espaces de baignade. Ne faites pas tourner le moteur inutilement et évitez de mettre les pleins gaz. En mer, respectez la vitesse moyenne recommandée par le concepteur du bateau. Cela diminue la consommation de carburant et réduit les émissions de gaz à effet de serre.

Servez-vous du courant fourni à quai pour réduire l’utilisation de groupes électrogènes. Dans la mesure du possible, installez des équipements qui produisent de l’énergie additionnelle renouvelable (éolienne, photovoltaïque, hydrogène…). Pour l’isolation de votre bateau, choisissez un matériau naturel comme le liège qui ne contient pas de solvant nocif.

Limitez l’usage des systèmes de climatisation. Quel que soit le type d’ancre que vous utilisez, privilégiez les fonds sableux et prévoyez une longueur de chaîne suffisante. Optez pour des bouées de mouillage à l’encrage qui sont écologiques et peu dangereuses pour les ressources marines.

Choisissez des équipements éco-responsables et des produits d’entretien biodégradables

Pour une navigation éco-responsable, équipez votre bateau de cuves à eaux noires et évitez d’utiliser les toilettes marines. Vidangez-les uniquement dans les emplacements prévus à cet effet. Lors du remplissage du réservoir, servez-vous d’un entonnoir assez grand pour ne pas répandre du carburant dans la mer.

Optez pour des produits d’entretien biodégradables tels que le vinaigre blanc, l’huile de lin, la pierre d’argile… Préférez le nettoyage mécanique de la coque de votre bateau à l’application de peintures antisalissures.

Adoptez par ailleurs une politique éco-responsable de la gestion des déchets. Utilisez des sacs lourds plutôt que des emballages en plastique pour éviter qu’ils s’envolent. Privilégiez des objets comme des verres et des couverts en carton ou en bambou qui peuvent facilement se désintégrer au contact de l’eau.