Techniques d’implants mammaires les plus utilisées

113

La chirurgie esthétique a beaucoup évolué avec notamment l’apparition de nouvelles techniques chirurgicales pour soigner certains types de pathologies ou réparer des déformations congénitales. L’implant mammaire fait partie du lot de ces techniques et est par conséquent l’un des domaines les plus sollicités en chirurgie esthétique. Il existe néanmoins plusieurs méthodes d’implants mammaires. Mais permettez-nous de mettre l’accent sur les techniques les plus couramment utilisées actuellement.

L’implant mammaire en silicone

L’implant mammaire est une prothèse introduite dans les seins pour augmenter leur volume. L’une des branches de la chirurgie esthétique, l’augmentation mammaire a deux finalités : elle est à visée esthétique ou reconstructrice. Le chirurgien esthétique recourt ainsi à nombreuses méthodes pour réaliser une augmentation des seins. Il peut notamment faire appel à l’implant mammaire en silicone. Cette forme prothèse mammaire est une enveloppe constituée de 3 couches remplies de gel de silicone, d’hydrogel et d’eau. Les implants mammaires en silicone sont d’ailleurs les plus utilisés présentement dans le domaine de la chirurgie esthétique.

A lire en complément : Diagnostic immobilier : état de l'installation intérieure d'électricité

C’est le cas en France. Pour faire une augmentation mammaire en Suisse, l’implant en silicone reste aussi l’une des méthodes les plus prisées à nos jours. Il a un résultat satisfaisant et tout à fait naturel. Ce type d’implant rend harmonieux les seins et reste agréable au toucher. Le gel de silicone ne cause en effet aucune maladie comme celle d’affections malignes, d’auto-immune ou rhumatologique. De plus, ce produit n’a pas des effets indésirables sur la grossesse ou l’allaitement. Un implant mammaire en silicone revendique également une durée de vie assez longue. Sa longévité peut aller jusqu’à 15 ans au minimum, comparé à de nombreux types d’implants disponibles sur le marché.

L’implant mammaire en sérum physiologique

Composé d’eau de sodium, l’implant mammaire en sérum physiologique offre aussi un excellent rendu quant à une augmentation efficace des seins. Tout comme le gel de silicone, l’eau de sodium n’entraine aucune forme de risque sur l’organisme. Ce produit a la caractéristique d’être rapidement bio-résorbable en cas de rupture de la prothèse. Cependant, l’implant mammaire en sérum physiologique a un effet tactile moins agréable que la prothèse en silicone.

A voir aussi : Pourquoi il est mieux d'élever des enfants aux Pays-Bas ?

D’ailleurs, il est prouvé par les scientifiques que le sérum physiologique est carrément incompatible aux personnes dont la peau est très fine et qui n’ont pas de tissus graisseux et glandulaires assez importants. Il est plutôt conseillé à ces gens de privilégier l’option d’une prothèse en silicone qui demeure plus naturel et confère un meilleur rendement. Egalement, la prothèse en sérum physiologique a tendance à se dégonfler de manière graduelle et ne vit souvent pas pendant une dizaine d’années.

L’implant mammaire en gel cohésif

Dans leur quête d’avoir une poitrine bombée et bien entretenue, de nombreux individus ne cessent d’opter l’implant mammaire en gel cohésif. Ce modèle de prothèse est doux au toucher du fait de son aspect naturel qui, pour une forme ronde ou anatomique, assure une bonne cohésion de la prothèse pour un résultat visuel satisfaisant. L’implant mammaire en gel cohésif ne révèle d’aucunes gravités sanitaires et a carrément innové l’univers de la chirurgie des seins.

Cette forme de prothèse renferme pratiquement les mêmes caractéristiques que l’implant mammaire en silicone, car elle est très fiable et dure de longues années. Seulement, ces types d’implants déclinés dans cet article et de bien d’autres d’ailleurs, se choisissent certes en fonction des besoins du patient ; mais l’idéal est de toujours prendre contact avec un chirurgien esthétique professionnel pour vous faire mieux aider dans votre choix.