Diagnostic immobilier : état de l’installation intérieure d’électricité

393
electrician

Le diagnostic d’état de l’installation intérieure d’électricité permet d’évaluer les risques d’origine électrique qui peuvent nuire à la sécurité de l’humain. Il est une obligation pour tous les logements dont les installations intérieures d’électricités ont un âge supérieur à 15 ans. Il porte sur l’installation qui se trouve en aval de l’appareil général de commande et de protection. Aussi, il concerne les prises de courant, les bornes d’alimentation des matériels fixes et les socles. Le présent article vous amène à découvrir exactement à connaître ce que contient le présent diagnostic immobilier.

Diagnostic électricité : quels sont les logements concernés ?

Le diagnostic électricité que vous pouvez réaliser sur https://www.diag-immo-rennes.fr/electricite/ concerne toutes les installations qui ont déjà plus de quinze ans. Cela est valable depuis le 1er juillet 2009 pour les ventes immobilières et concerne les locations avec l’avènement du décret-loi ALUR du 11 août 2016. Si vos installations électriques ont fait l’objet d’une attestation de conformité ayant moins de 6 ans, vous en êtes dispensés. Par ailleurs, il faut noter que le diagnostic d’état de l’installation intérieur d’électricité reste valable pour trois ans pour une location. En ce qui concerne la vente, le diagnostic reste valable pour six ans. Le présent diagnostic est important, car sur 31 millions de logements que possède la France, 7 millions d’installations électriques ont sont risqués. Aussi, on dénombre près de 3 millions qui sont jugés très dangereux. Le diagnostic doit être fait par un professionnel ayant une certification d’un organisme agréé par la COFRAC. Aussi, le diagnostiqueur doit bénéficier d’une assurance en responsabilité civile professionnelle.

A lire en complément : Pourquoi il est mieux d'élever des enfants aux Pays-Bas ?

Que renferme le diagnostic d’électricité ? 

Le diagnostiqueur va vérifier l’état de l’installation en six grands points. Premièrement, le professionnel va vérifier la présence d’un appareil général de commande et de protection. Ce dernier doit être aisément accessible afin de couper l’alimentation en cas d’urgence. Ensuite, il vérifiera qu’il y a au moins un système différentiel qui permet de vite détecter les fuites de courant qui s’écoulent en direction de la terre. Ce dispositif protège une tierce personne contre les contacts accidentels avec un conducteur sous tension. Au troisième point, il doit vérifier la présence d’un dispositif qui peut offrir une protection à l’encontre des surintensités. Ici, il vérifiera également que ces derniers sont bien adaptés aux spécificités de l’installation. Ainsi, les échauffements qui ne sont pas normaux sont évités. Dès lors, les risques d’incendie sont nuls.

A découvrir également : Quelles sont les principales ressources naturelles de la Suède ?

Les autres points à vérifier 

Par la suite, le diagnostiqueur vérifiera la liaison équipotentielle dont la bien-portée évitera bien des dommages. En effet, elle évitera à tout individu de rentrer en contact simultané avec deux objets conducteurs auxquels on peut avoir accès par le touché. Et cela, en reliant lesdits objets entre eux. Après cela, il passera à la vérification des matériels électriques qui ne conviennent plus à une utilisation. À cet effet, l’expert recherchera les fils électriques n’ayant plus leurs gaines. Aussi, il recherchera les matériels électriques obsolètes pour supprimer tout risque de contact avec des éléments sous-tension. Enfin, pour le dernier point, il va vérifier les conducteurs non protégés de façon mécanique. Il faut noter que le professionnel va faire des vérifications visuelles, des mesures et essais. Cela permettra de voir le fonctionnement de l’installation électrique et de constater les éventuels défauts.