Quel est le meilleur âge pour divorcer ?

375

Qui obtient la garde des enfants en cas de divorce ?

La garde d’enfants est toujours au centre des discussions lors de la séparation des parents. Elle peut avoir un impact à la fois sur les relations entre toutes les parties concernées et sur le budget. En effet, il est important de ne pas le négliger. Quels sont les critères qui aident le juge à décider ? Dans quelle mesure l’opinion des enfants est-elle importante ? Quels types de gardes sont possibles ?

A lire en complément : Comment calculer une retenue sur salaire ?

Les principaux critères pour le juge pour déterminer la garde des enfants

En cas de divorce , c’est le juge qui aide les parents à s’entendre sur une entente concernant la lieu de résidence de leur progéniture. Pour cela, il est basé sur quelques critères, à savoir :

  • Âge des enfants
  • La qualité de la relation de chaque parent avec les enfants
  • Capacité des parents d’assurer la garde (financièrement, matériellement, physiquement, mentalement)
  • Besoins des enfants
  • Parent disponibilité
  • La volonté de chaque parent de permettre aux enfants de rester en contact
  • La nécessité de ne pas séparer les membres des mêmes frères et sœurs
  • L’état psychologique de chaque enfant
  • L’opinion des enfants

En ce qui concerne ce dernier point, il est important de noter que, bien que la séparation soit une solution pour les parents, les enfants ont aussi leur mot à dire dans leur déménagement .

A lire en complément : Comment faire un miroir ?

L’importance de l’opinion des enfants

Dans le cas de divorce , les enfants peuvent donner leur opinion sur le parent avec lequel ils aimeraient passer le plus de temps. Ils ont également la possibilité de s’exprimer sur leur désir de ne pas se frotter avec l’un des parents. Dans certains cas, ils ont même le droit de manifester leur réticence à la décision sur leur déménagement . Toutefois, quelle que soit leur opinion, toutes les actions à entreprendre dans le cadre d’une la séparation doit être fondée sur leur intérêt.

En effet, ils agissent souvent en fonction du contexte, c’est-à-dire qu’ils peuvent décider de ne pas suivre l’un des parents pour une punition qu’ils ont infligée la veille de la discussion sur la garde. La manipulation psychologique d’une grande personne (un membre de la famille, un parent, une connaissance) peut également influencer les tout-petits et affecter leur comportement. En effet, l’opinion des enfants compte, mais il est également important de souligner que le verdict dépend principalement du contexte et de la réalité.

Si les parents ont du mal à trouver un consensus après avoir interrogé leurs enfants, ils peuvent faire appel à un expert pour agir comme médiateur (par exemple, un psychologue ou un travailleur social). En tant qu’avocat, le juge peut aussi les aider.

Âge des enfants : un autre critère déterminant

En dehors de l’opinion, l’âge des enfants occupe également une place importante dans le choix de leur lieu de résidence , dans le cas de divorce des parents. Il est vrai que la législation française ne fait aucune restriction surtout après la promulgation de la loi du 4 mars 2002 en la matière, mais les tribunaux n’en tiennent pas toujours compte. En effet, il accorde un traitement spécial aux personnes de moins de 3 ans. Dans ce cas, elle favorise souvent la garde exclusive.

Un grand nombre de tribunaux estiment que l’alternance de résidence ne convient pas aux tout-petits de cet âge. La raison en est que l’approche qui caractérise le mode de séparation dans le pays reste controversée et que le concept de logement primaire pose parfois des problèmes. En effet, dans la majorité des cas, un nourrisson reste avec sa mère, à moins que l’état psychologique ou physique de la mère ne lui permet pas de s’acquitter correctement de ses fonctions. Le père, quant à lui, a un simple droit de visite ou celui avec possibilité d’hébergement dès la première année du bébé. Pour obtenir la garde, l’enfant doit prouver au tribunal qu’il possède toutes les compétences et capacités nécessaires pour accueillir son enfant.

En résumé, même si la loi ne tient pas compte de l’âge de l’enfant, cela affecte toujours la décision du tribunal, en particulier pour les enfants âgés de 3 ans et moins. Pour les personnes âgées, la place de déménagement dépend d’autres critères, notamment de l’aptitude des parents à assurer leur rôle ou de l’importance de ne pas séparer les jeunes. À l’adolescence (à partir de 12 ans), ils peuvent même choisir la durée du séjour avec chaque parent.

Engagements des parents

Lorsqu’ils partagent la garde, les parents doivent s’engager à :

  • veiller à ce que leurs enfants entretiennent une relation intacte avec chacun d’eux
  • ne demandez pas aux enfants de donner la préférence à tel ou tel lieu de résidence
  • ne pas laisser les enfants choisir la durée de la garde, car c’est une lourde responsabilité

En ce qui concerne ces points, certaines personnes ont tendance de diaboliser leur ex – conjoint vis-à-vis de leurs enfants afin d’obtenir la garde exclusive de ces derniers. Il arrive aussi qu’ils leur font des promesses ou des cadeaux sans raison plausible. C’est le « syndrome d’aliénation parental ». Si cela se produit, la victime du parent manipulateur peut rappeler à l’autre que son acte est condamnable. Dans le pire des cas, il peut envoyer une lettre de mise en demeure pour l’encourager à mettre fin à ce comportement. Il a également la possibilité de demander un expert ou de le renvoyer au juge pour aider l’autre à corriger son attitude ou pour l’encourager à se faire assister par un expert pendant la déménagement des enfants à la maison.

Types de gardes

En cas de divorce , les parents ont le choix entre deux types de gardiens : la résidence habituelle avec un parent et la garde de remplacement.

Résidence avec un parent célibataire

Il s’agit de choisir un lieu de résidence principal pour les enfants. L’autre parent n’a alors un droit de visite que le week-end, quelques jours ou un jour par semaine (selon un accord), afin de maintenir une bonne relation avec les plus petits. Le plus important est que toutes les mesures prises soient dans l’intérêt de ces derniers. Il convient de noter que cette option ne change pas le partage de l’autorité parentale (qui doit être égale pour les deux parents). Seul le juge peut en décider autrement.

La Garde suppléante

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un choix d’alterner la résidence des enfants sur la base d’un consensus. En règle générale, les enfants vivent pendant une semaine chez la mère et une semaine chez le père. Cependant, l’alternance peut être plus espacée en fonction de l’âge. Ce type de soins est assez délicat, étant donné que la stabilité des enfants est en jeu. En effet, une organisation particulière doit être créée.

Dans les deux cas, il est nécessaire de prendre en compte les vacances qui peuvent créer des complications en l’absence d’accord mutuel. À titre d’information, la pension alimentaire dépend du mode de garde. En cas de résidence habituelle, la charge du parent qui héberge les enfants est plus lourde, ce qui implique que l’entretien de l’autre parent doit être équivalent. Pour une résidence de remplacement, les dépenses sont partagées et la pension alimentaire peut être annulée ou réduite selon le revenu.

Indépendamment de la situation, les divorces sont toujours complexes et nécessitent l’aide d’un avocat. Par exemple, il est fortement recommandé de demander à l’avocat des renseignements sur les droits et devoirs de chaque individu.