Comment assurer un VTC ?

9

Que vous soyez propriétaire ou que vous ayez loué un VTC, la protection de celui-ci devient très importante vu qu’il constitue l’élément phare de votre activité professionnelle. La question à se poser donc est comment assurer le VTC ? Bon nombre d’étapes sont à suivre. D’abord la détermination des prérequis, ensuite le choix de l’assurance idéale et enfin le choix des garanties. Voyons donc les détails de ces étapes ci-dessous.

Première étape : les prérequis nécessaires

Les prérequis dont nous parlons se résument en deux points. La préparation des documents à fournir et la détermination de l’assureur pour qui opter. De ce fait, les documents nécessaires à une assurance auto VTC sont au nombre de 4. Préparez donc une copie du justificatif de votre identité, ensuite, récapitulatif de conduite. Le récapitulatif concerne l’ensemble des sinistres déjà survenus, les bonus-malus, etc. Vous aurez par ailleurs besoin de justificatif de votre statut de chauffeur VTC. Pour finir, finalisez la constitution du dossier puis insérez un RIB (relevé d’identité bancaire), le votre bien sûr.

A lire en complément : Quelle sont les conditions pour passer la formation 125 ?

Après ceci, le choix de la compagnie d’assurance auto VTC s’impose. Le choix sera bien évidemment en fonction de votre budget et de vos besoins. Vous aurez le choix entre un assureur généraliste et un assureur spéciale. Nous vous aidons un peu : vous pouvez opter pour MAAF, MATMUT, Axa ou encore pour Allianz comme assureur généraliste ; mais pour un assureur spécialisé vous avez le choix entre Valeurs Assurances et Assurance des VTC.

Voilà la toute première étape si vous souhaitez assurer un VTC.

Lire également : Où garer sa voiture pendant ses vacances ?

Les assurances obligatoires à contracter afin d’assurer un VTC

Avant de vous lancer dans un projet pareil, cherchez à savoir ce que dit la loi à cet effet. Eh bien, si vous ne le savez pas, contraire à une époque (2014) donnée, la souscription à une simple assurance auto ne suffit plus.  La loi du premier octobre 2014 oblige à la souscription de 2 assurances si l’on veut assurer un VTC. L’assurance RC pro incluant la responsabilité civile du conducteur et l’assurance RC circulation qui prend en charge le véhicule.

L’assurance responsabilité civile

Celle-là se charge de couvrir l’entière activité du Chauffeur VTC que vous êtes. Tous vos manquements vis-à-vis à un client lors de l’exercice de votre activité seront sans exception pris en charge. L’on parle là d’une probable perte de bagages, d’un retard ou encore d’un carton abîmé. En gros cette assurance (responsabilité civile) couvre les dommages matériels, immatériels et les dommages corporels. Corporels en ce sens où la colère du chauffeur peut déclencher une altercation dans laquelle le client peut subir de dommages corporels.

L’assurance responsabilité civile de circulation

Grâce à celle-ci, le véhicule a droit à un minimum légal en cas de sinistre. Notre conseil ici est de vous prémunir contre tous types de risques sans exception. Ceci parceque les risques sont nombreux et imprévisibles. Le mieux serait donc de tout prévoir. Faites-le surtout si le VTC est de qualité et neuf.

Les garanties à choisir pour assurer un VTC

Voilà la dernière étape du processus. La protection du VTC se termine donc par le choix de certaines garanties. Ainsi, pour assurer un VTC particulièrement, il vous faut les garanties suivantes. Elles sont plus qu’utiles pour un VTC.

La garantie remplacement de véhicule

En souscrivant à celle-ci, vous bénéficiez d’un autre véhicule en remplacement du vôtre suite à un sinistre involontaire (accident involontaire, vol, panne). Ainsi, vous pouvez toujours continuer votre profession. Voilà l’avantage direct de cette garantie.

La garantie valeur à neuf

Cette garantie est associée au remboursement du véhicule au prix d’achat. Comment cela fonctionne ? En cas de sinistre, votre assureur se charge de vous rembourser le prix actuel du marché d’occasion de la voiture. Autrement dit, la valeur résiduelle du VTC. Cette valeur est déterminée par un expert. En alternative, la compagnie peut mettre à votre disposition un véhicule neuf de même valeur que le précédent.

La garantie d’assistance 0km

Certaines compagnies refusent généralement de dépanner des véhicules tombés en panne à moins de 50km du domicile de l’assuré. C’est exactement à ce défaut que vient palier la garantie 0km. Ainsi, même à 0km la compagnie vous vient en aide en cas de panne.